Inscription à la lettre d'information

Accueil > La fondation vous informe > Informations > Actualités Sommeil et objets connectés

Sommeil et objets connectés

Articles la-fondation-vous-informe Fondation MAIF

Les objets connectés permettent-ils d'avoir une bonne maîtrise de son sommeil ?

L’enregistrement du sommeil à l’hôpital ou en laboratoire s’appuie sur la méthode de la polysomnographie qui utilise plusieurs capteurs physiologiques, en particulier :
· l'électroencéphalogramme (EEG) qui mesure les ondes cérébrales et l'activité électrique du cerveau; 
· l’électro-oculographie (EOG) qui mesure les mouvements oculaires à partir d’électrodes collées autour des yeux; 
· l’electromyogramme (EMG) qui mesure le tonus musculaire à partir d’électrodes placées sur le menton; 
· la fréquence cardiaque, la respiration ou la saturation en oxygène sont parfois recueillies en complément en particulier en cas de troubles du sommeil.

L’actimétrie constituerait une alternative valide à la polysomnographie sans les contraintes de la pose de capteurs. L’actimètre est un capteur très léger porté au poignet comme une montre. Il contient des accéléromètres qui mesurent l’activité motrice. Des algorithmes ont été validés pour détecter à partir des variations de l’activité motrice, la durée et la qualité du sommeil.

Comparé à une polysomonographie, l’actimétrie permettrait une détection de la quantité du sommeil de l’ordre de 90%.

Le projet Sommeil Connecté et Prévention va tester 21 objets connectés représentatifs du marché.

La méthode de mesure la plus utilisée par les dispositifs est l'actimétrie (12 produits sur 21), vient ensuite la technique de l'EEG.

Parmi les 21 produits examinés seuls 5 ont fait l'objet d'une validation scientifique satisfaisante.

 

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance du site et à optimiser votre navigation.