Inscription à la lettre d'information

Accueil > Nos projets > Projets soutenus > Risques liés à la mobilité > Alcool et risques au volant chez les jeunes

Alcool et risques au volant chez les jeunes

L'essentiel en une page
Articles nos-projets Fondation MAIF

30 à 50% des accidents mortels de la route des adolescents et des jeunes adultes seraient liés à la consommation excessive d'alcool, le manque de sommeil constituant un facteur aggravant qui pourrait influencer les comportements à risque.

Rencontre avec l'équipe de recherche en images

Résultats et valorisations

L’alcool est en cause dans près d’1/3 des accidents mortels de la route, tuant plus de 1000 personnes chaque année, dont 1 personne sur 4 entre 18 et 24 ans.

Il est primordial de connaître les réactions d’un public jeune lorsqu’il est confronté à une campagne de prévention. Comment s’identifie-t-il ? Suis-je comme lui, suis-je différent de lui ?

Ces questions sont au cœur de la recherche menée par le laboratoire de Psychologie des Cognitions de l’Université de Strasbourg qui a imaginé trois scénarios différents : celui qui boit puis prend le volant, celui qui boit et qui ne prend pas le volant et celui qui ne boit pas du tout.

Les participants ont regardé ces 3 mises en scène et après chaque visionnage, ils étaient invités à réaliser divers tests d’auto-évaluation. L’équipe de recherche a ensuite analysé les réactions et les réponses des participants. Les résultats montrent que la majorité des participants ne s’identifie pas aux conducteurs qui boivent et prennent le volant. Sans cette identification, la prise de conscience et le changement de comportement deviennent difficiles, voire impossibles.

Les chercheurs ont également mesuré l’effet du manque de sommeil sur la perception des campagnes. Le manque de sommeil nous rend encore moins réceptif aux informations de comparaison sociale. En revanche, les participants ayant un taux de sommeil normal s’identifient plus facilement aux campagnes montrant un comportement prudent.

Pour résumer, pour rendre la prévention efficace, mieux vaut montrer un comportement exemplaire !

L’étude révèle aussi un constat inquiétant. L’alcool ne serait perçu comme étant un problème uniquement au volant et son abus serait quasiment banalisé en toute autre circonstance. Il faut donc veiller à ne pas envoyer ce type de message subliminal lors des futures campagnes de prévention !

L'objectif est de permettre aux campagnes de prévention destinées aux jeunes de remplir plus efficacement leur mission. Les résultats de cette recherche ont été présentés aux institutions et organisations susceptibles de prescrire et de conduire les campagnes de prévention. 

Résumé du projet

La plupart des campagnes de prévention confrontent explicitement les jeunes à un pair au comportement imprudent, mais il semblerait qu'ils s'identifient difficilement à des pairs imprudents et ne sont donc pas incités à changer de comportement.

Cette recherche vise à mieux appréhender les mécanismes de comparaison des jeunes et leurs conséquences sur leur perception de leur propre risque, leur intention de changer de comportement et comportement effectif. Elle se propose d'analyser les conditions d'identification à un pair afin de prévenir les conduites à risques sensibles à l'influence d'autrui et d'évaluer l'impact du manque de sommeil.

 

Notre étude questionne les standards actuels des campagnes de prévention de l'alcool au volant destinées aux jeunes dont on peut penser qu'elles n'ont pas l'éfficacité souhaitée. Les résultats de notre recherche contribueront à optimiser l'impact des compagnes et à réduire le risque d'accident chez les jeunes adultes de 18 - 25 ans

Patricia Tassi,
Professeur des Universités, Laboratoire de Psychologie
des Cognitions de l'université de Strasbourg

 

  

Equipe de recherche

Responsable de l'équipe de recherche : Patricia Tassi, Professeur des Universités à la Faculté de Psychologie de Strasbourg

Partenaires associés

Dr Sarah Schimchowitsch, chargé de recherche au CNRS
Dr Florence Spitzenstetter, Maître de Conférence à l'Université de Strasbourg.

Début et durée de la recherche

2012 sur une durée de 36 mois 

Conférence et colloque scientifique "Les jeunes et le risque" de 02 octobre 2015

Documents à disposition

rapport-final
PDF | 2643,579 Ko

alcool-et-dette-de-sommeil
PDF | 1356,361 Ko

La visualisation des fichiers PDF nécessite Acrobat Reader

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance du site et à optimiser votre navigation.