Inscription à la lettre d'information

Accueil > Nos projets > Projets soutenus > Risques naturels > La sismologie citoyenne : sensibilisation au risque et amélioration de la réponse aux séismes par l'implication des citoyens.

La sismologie citoyenne : sensibilisation au risque et amélioration de la réponse aux séismes par l'implication des citoyens.

Articles nos-projets Fondation MAIF

Après un séisme, l’efficacité du travail des équipes d’urgence est souvent limitée par une connaissance parcellaire et incertaine des dégâts qu’il a pu occasionner. Pour améliorer cette situation, des réseaux sismologiques denses, robustes et temps réel peuvent êtres déployés dans les zones soumises à un aléa particulièrement élevé. Le coût de cette solution et sa haute technicité ne la rendent applicable que dans des cas particuliers comme l’agglomération de Tokyo où risque et moyens économiques sont élevés.

La solution proposée par le CSEM vise à impliquer les témoins qui peuvent déjà répondre à un questionnaire macrosismique ou partager leurs photos des dommages et destructions en ligne, sur un même site internet. Ces témoins sont les premiers informés et les premiers concernés par les effets d’un séisme dans la collecte rapide d’informations de terrain au travers d’applications Internet et à destination des smartphones dédiés, d’en estimer la fiabilité et de les fusionner dans des cartes de situation exploitables par les équipes d’urgence. Ainsi, ce projet vise à limiter l’impact humain des séismes en améliorant la réponse apportée à ce type de désastre grâce à la participation directe des Citoyens.

Le CSEM propose de développer un site d’information rapide pour l’Internet mobile qui ne soit pas une simple adaptation technique du site et des services existants mais qui réponde de manière ergonomique aux besoins des témoins qui se trouvent face à ce type de situations.

Les réseaux sismologiques Citoyens offrent l’opportunité de multiplier à moindre coût les mesures de mouvements sismiques en zones urbaines, zones où, par définition, sont concentrés les dégâts potentiels.

Ce projet ambitionne donc de donner aux Citoyens un rôle d’acteur dans la définition de la réponse à un séisme grâce au développement d’applications Internet dédiées et l’utilisation des capacités des smartphones dont les fonctionnalités transforment l’usage d’Internet et décuplent les possibilités de collecte rapide d’informations sur les effets des séismes, en s’appuyant sur les principaux réseaux sociaux (Facebook, Twitter…).

Résultats et valorisation

 Téléchargez ici l'application Lastquake :  

Sur Google play

Sur App Store

 

  • Information du public par le site Internet du CSEM (1 million de visites par mois) et une communication dédiée sur les réseaux sociaux avec 2 objectifs :
    • optimiser la collecte d’informations auprès du public,
    • comprendre les attentes des Citoyens lorsqu’ils sont confrontés à une secousse sismique.
  • Communiqués vers des médias scientifiques comme Futura Sciences (http://www.futurasciences.com/).
  • Diffusion vers le monde scientifique en s’appuyant sur le réseau de membres du CSEM (84 instituts de sismologie dans 55 pays) ainsi qu’au travers de participations dans des conférences scientifiques et l’écriture d’articles.
  • Implication des acteurs des opérations de secours « crises » pour évaluer de manière indépendante la pertinence des résultats du projet dans la cadre d’une gestion de crise. A ce titre, le JRC (Joint Research Center), opérateur du Global Disaster Alert and Coordination System (GDACS, http://www.gdacs.org/), en charge d’informer les services de la Commission Européenne en cas de catastrophes, se propose d’évaluer les résultats du projet pour une éventuelle intégration dans son propre système. Cette implication, à titre gratuit, qui souligne l’originalité et le potentiel des approches proposées donnera à la Fondation MAIF un outil d’évaluation indépendant du projet.

La presse en parle

Résumé du projet

 Ce projet entend :

  • exploiter le potentiel considérable des technologies de l’information pour impliquer les Citoyens dans la définition d’une réponse plus efficace aux séismes. Il ouvre de considérables perspectives pour des actions de sensibilisation au risque plus ciblées (notamment dans les régions à faible aléa) et contribuera à améliorer le dialogue entre science et société.
  • contribuer à améliorer l’efficacité des opérations de secours en créant dans les minutes qui suivent un séisme des cartes de situation sur ses effets réels à partir d’informations de terrain collectées auprès des Citoyens.
  • Donner un rôle actif aux Citoyens au cours de la crise, leur apporter une information ciblée et pertinente, c’est contribuer au renforcement de la résilience de la société face aux risques naturels.

Ce projet de sismologie citoyenne pourrait être le précurseur d’une évolution plus globale de nos sociétés face aux risques.

Equipe de recherche

  • Responsable du projet : Docteur Remy BOSSU, secrétaire général du Centre Sismologique Euro-Méditerranéen (CSEM)

Partenaires associés

  • Réseau des membres du CSEM de 84 instituts dans 55 pays différents
  • Joint Research Centre (JRC)
  • Digital Element, leader dans la localisation des adresses IP qui ouvre accès gratuitement à un service de localisation performant (partenariat déjà existant avec le CSEM)

Début et durée de la recherche

2011 sur une durée de 36 mois

Documents à disposition

rapport-final-csem2
PDF | 1709,972 Ko

rapport-de-valorisation-csem2
PDF | 1177,262 Ko

La visualisation des fichiers PDF nécessite Acrobat Reader

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance du site et à optimiser votre navigation.