Inscription à la lettre d'information

Accueil > Nos projets > Projets soutenus > Risques numériques > Sommeil Connecté Prévention

Sommeil Connecté Prévention

Articles nos-projets Fondation MAIF

Les dispositifs de gestion individuelle du sommeil sont en plein essor et s'invitent de plus en plus dans la vie privée, en particulier pour le suivi de la durée et la qualité de sommeil dans un objectif de bien-être et d’optimisation de la performance. Que font réellement les personnes avec ces systèmes ? Quel est leur usage réel (gadget, effet de mode ou intérêt à long terme) ? En quoi cet usage est-il éloigné/proche de l’idée que s’en faisaient les concepteurs ? Ces questions relatives aux usages ont des impacts importants en termes de prévention et de sécurité.

Résultats et valorisation prévus

Le projet SCOP doit apporter une meilleure connaissance sur la façon dont les personnes utilisent les objets connectés pour gérer leur sommeil et il prévoit de créer une application permettant d’en améliorer l’usage à des fins de prévention et de sécurité.

L’un des intérêts scientifiques de ce projet réside dans la question de l’usage des technologies et de leur appropriation : que font réellement les individus avec les systèmes ? Quel est leur usage réel (gadget, effet de mode ou intérêt à long terme) ? En quoi cet usage est-il éloigné/proche de l’idée que s’en faisaient les concepteurs ?

Ces questions relatives aux usages ont des impacts importants en termes de prévention et de sécurité. L’accent est mis sur l’identification des risques potentiels de ces nouveaux objets mais aussi sur les bonnes pratiques et développements qu’ils permettent. Quels sont les effets positifs et négatifs de l'utilisation de l’objet connecté sur le comportement de l’utilisateur et sur sa santé ? En quoi ces objets représentent-ils des aides ou des gênes au quotidien ? Quel est l'impact de l'introduction de ces applications dans les collectifs de travail ? Sur le confort, la sécurité, la performance, l'organisation ?

Enfin, en plus d'améliorer la connaissance scientifique sur les dispositifs existants et identifier les besoins des futurs utilisateurs, ce projet intègre l'élaboration d'un cahier des charges technique d'un futur produit et le développement d’un prototype sous forme d’une « Preuve de Concept ».

 L’idée est de « dépasser » les systèmes actuels en évaluant la faisabilité d’une aide à la prise de décision en situation de fragilité du point de vue du risque. Par exemple, questionner l’utilisateur sur la conscience qu’il a de la qualité de son sommeil et observer les décalages existants avec les données objectives recueillies par le dispositif.

A l’issue de cette recherche, des recommandations pour la conception et l’utilisation de tels dispositifs, notamment en milieu professionnel seront proposées.

En termes de valorisation, il est prévu de produire des articles scientifiques internationaux sur la sécurité et la prévention des risques, sur la méthodologie du projet et ses résultats. Un forum d’utilisateurs sera organisé pour échanger entre scientifiques, industriels et d’autres personnes concernées.

Résumé du projet

L'objectif de ce projet de 24 mois est de faire progresser la connaissance scientifique sur les intérêts et risques liés aux technologies du « sommeil connecté », domaine en pleine expansion, mais qui souffre d’un manque d’évaluation scientifique, approfondie et indépendante. L’ambition du projet est également de se servir des avancées scientifiques récentes en matière de sommeil et de fatigue et des évaluations réalisées et de la prise en compte des besoins réels des utilisateurs.

Les dispositifs de gestion individuelle du sommeil sont en plein essor dans certaines activités professionnelles (travail posté, transports...) et s'invitent de plus en plus dans la vie privée, en particulier pour le suivi de la durée et la qualité de sommeil dans un objectif de bien-être et d’optimisation de la performance.

Or même si la majorité de ces systèmes utilisent des applications sensiblement identiques pour mesurer l'activité physique quotidienne, il existe des disparités importantes quant à la surveillance et la mesure de la qualité du sommeil. On ne dispose pas d'un corpus de données permettant d'évaluer scientifiquement et de manière indépendante ce type de système.

Pourtant les enjeux de ces dispositifs sur le plan de la prévention des risques sont considérables. Une abondante littérature montre que les perturbations du sommeil dégradent fortement les performances cognitives (Durmer et Dinges, 2005). Les effets sur les performances sont similaires à ceux produits par l’alcool (Williamson et Feyer, 2000). Une étude menée par l’association des sociétés d’autoroute françaises montre que les accidents liés à l’assoupissement sont la première cause de mortalité (ASFA, 2008).

Méthodes et Etapes

Sur le plan méthodologique, l’enrichissement provient de la conception d’une démarche d’évaluation, d’un « banc de test » global et indépendant de ce type de technologies. Il permet d’évaluer la validité scientifique des produits existants mais aussi d’en qualifier les aspects fonctionnels (acceptabilité, mésusage, effets sur le système sociotechnique).

Le projet mettra l’utilisateur au centre de la démarche dans les phases d’analyse critique des systèmes existants et surtout lors de la construction du prototype.

Etapes du projet :

Phase 1 - Evaluation de la validité technique des objets du sommeil connecté 

Il s’agit de réaliser un benchmark sur table de la validité technique des logiciels existants sur le marché.

Phase 2 - Test de terrain des objets sélectionnés

Cette phase consiste en une analyse approfondie du niveau d’acceptabilité, des risques de mésusage, de l’impact sur les comportements, et des risques juridiques des objets connectés retenus à l'issue de la phase 1.

Phase 3 - Spécification d’une future application

L’objectif de cette application sera de démontrer différentes fonctionnalités centrées sur la prévention et la gestion des risques dans la vie quotidienne. Ces préconisations s’appuieront sur des « profils individuels » (chronotype, besoin de sommeil, pathologies), des données de sommeil et également sur un modèle prédictif de fatigue.

Phase 4 – Réalisation et évaluation d’un prototype

Utilisation d’une « Preuve de Concept » pour valider des usages, un design et une ergonomie à partir des spécifications de la phase précédente.

Phase 5 – Valorisation du projet et de ses résultats

Valorisation du projet auprès de la communauté scientifique, des professionnels et du grand public.

Equipe de recherche

Laboratoire « Adaptations Travail Individu »

Institut de Psychologie

Centre Henri Piéron

Université Paris Descartes

71 avenue Edouard Vaillant

92100 Boulogne Billancourt

Responsable du projet : Philippe CABON

Partenaires associés

Ergo-Centre

Le Contact Moderne

Début et durée de la recherche

2016 sur une durée de 24 mois

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance du site et à optimiser votre navigation.