Inscription à la lettre d'information

Accueil > Nos projets > Showroom > Outils pédagogiques > L’enfant - Un être vulnérable mais capable

L’enfant - Un être vulnérable mais capable

Articles nos-projets Fondation MAIF

L'enfant traite les informations différemment et il n'a pas les mêmes capacités d'attention qu'un adulte.

Capacités

Ses particularités physiques

L'enfant traite les informations différemment et il n'a pas les mêmes capacités d'attention qu'un adulte.
Le bruit de fond constant de la rue lasse l'enfant qui va porter son attention sur les bruits qui l'intéressent plus que les autres. De la même manière, il lui faut environ 4 secondes pour distinguer si une voiture est à l'arrêt ou si elle roule.
Par ailleurs, sa petite taille empêche l'enfant d'avoir une vision globale de la circulation.

Sa capacité d'analyse

  • Voir et entendre ne veut pas forcément dire comprendre :
    L'enfant analyse différemment de l'adulte les situations auxquelles il est confronté. Il n'est pas capable d'interpréter pleinement ce que ses yeux ont vu ni ce que ses oreilles ont entendu. Par exemple ce n'est pas parce qu'il entend le bruit d'une voiture qu'il saura analyser assez vite d'où elle vient.
    • Il confond souvent "voir et être vu". La recherche visuelle et la prise d'information de l'enfant sont lacunaires, voire inexistantes : dans un tiers des cas l'enfant a regardé mais n'a pas vu...
    • Les contraintes liées à son développement : Il ne peut évaluer correctement les distances et les vitesses et, de ce fait, confond taille et éloignement.
    • Les symboles :
      Jusqu'à 12 ans, il a des difficultés à penser en termes abstraits. Le sens des pictogrammes, des panneaux de signalisation et du vocabulaire utilisé peut lui échapper.
      A 6 ans, la moitié des enfants ne comprennent pas plus de trois panneaux sur onze.
      A 7 ans, ils ne comprennent que la moitié des mots employés dans l'éducation à la sécurité routière.
  • Prise de décision :
    L'enfant a du mal à penser et réagir à plusieurs choses à la fois. Les informations en ville sont trop nombreuses pour qu'il puisse tout appréhender. Ceci explique qu'en cas de stress, il peut confondre sa droite et sa gauche et prendre les mauvaises décisions.

Développement et risques

Son développement

  • Besoin de bouger :
    Marcher tranquillement est contraire à la nature de l'enfant. Il faut qu'il coure, bouge et crie.
  • Impulsivité et instabilité :
    Ce qu'il veut, il le veut tout de suite. S'il voit quelque chose d'intéressant, il peut oublier tout ce qu'il sait sur la sécurité routière et traverser sans regarder.
  • L'imaginaire et le jeu :
    Son imaginaire et son besoin de jouer sont très développés. Il vit dans son monde et oublie facilement les règles et les consignes des adultes.
  • L'interdit et l'obéissance :
    L'enfant fait confiance aux adultes et il obéit souvent de manière aveugle aux règles. Son besoin d'autonomie ainsi que l'affirmation de sa personnalité l'exposent à plus de risques.
  • Égocentrisme :
    Il a tendance à partir de ses propres perceptions et ne comprend pas forcément que celles d'autrui sont différentes : si l'enfant voit la voiture, il est persuadé que le conducteur l'a vu.
    D'autre part, il se sent souvent tout puissant, voire invulnérable.
  • Conscience et inconscience :
    Sa perception du risque et du danger de mort est différente. Même quand il en est conscient, il les sous-estime souvent.
  • La peur, la panique et l'impatience :
    L'enfant a peur des voitures et hésite souvent trop longtemps avant de traverser. Il s'expose ainsi à plus de risques. Dans une situation de frayeur, il panique et fait des choix incorrects.

Des enfants plus "à risque" que d'autres

  • Les garçons :
    Ils sont plus exposés que les filles.
  • Les hyperactifs et les impulsifs.
  • Les tempéraments agressifs ou caractériels.
  • Ceux qui jouent beaucoup dans la rue :
    Par manque d'espace, par manque de surveillance ou par envie, et plus particulièrement les enfants des milieux défavorisés.
  • Les états de stress :
    Fatigue, déménagements, décès, maladie, surcharge intellectuelle, perturbations affectives fragilisent l'enfant, influent sur son comportement et sont des facteurs d'accroissement des risques.

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance du site et à optimiser votre navigation.