Circulation inter-files - Fin de l’expérimentation

Depuis le 01 février 2021, la circulation inter-files des motos et scooters redevient interdite, son expérimentation sur certaines routes se termine

interfiles2.jpg

Créé le 08/02/21

Jusqu’au 31 janvier 2021 et pendant une période de 5 ans, il était possible de circuler en inter-files dans les 8 départements d’Île-de-France, ainsi que dans les Bouches-du-Rhône, la Gironde et le Rhône. Le dispositif concernait plus de 3 000 km de routes et d’autoroutes à double sens séparées par un terre-plein central avec au moins deux voies chacune, où la vitesse maximale autorisée est supérieure ou égale à 70 km/h. 

Les deux-roues motorisés ont pu circuler entre les files de véhicules situées sur les deux voies, allant dans le même sens de la circulation. Lorsqu’il y avait trois voies de circulation, les deux-roues motorisés devaient circuler entre les deux files de véhicules les plus à gauche de la chaussée.

Un accidentalité de +12 %

Le bilan est très négatif pour la circulation inter-files car l’accidentalité des deux-roues motorisés a augmenté de + 12 % sur les routes où l’expérimentation a eu lieu. En revanche, sur les autres routes des départements concernés, l’accidentalité de ce groupe d’usagers a baissé généralement de 10 %. Les chiffres d’accidentalité sont particulièrement mauvais en Gironde où ressort un taux d’accidentalité en très forte hausse (+54 %) tandis que sur les autres routes de ce département ont vu une variation d’accidentalité de 28 % en moins. En tout, 16 accidents mortels ont été recensés sur les routes concernées par l’expérimentation et aucun deux-roues motorisé impliqué ne respectait les règles en place.

Une nouvelle expérimentation sera lancée

Pour la Déléguée interministérielle à la Sécurité routière, Marie Gautier-Melleray : « L'objectif de cette expérimentation était de diminuer l'accidentalité des deux-roues motorisés en encadrant la pratique de la circulation inter-files dans les départements concernés. Or, le résultat n'est pas à la hauteur de nos espérances puisque le ratio d'accidents sur les réseaux CIF par rapport aux autres réseaux a significativement augmenté dans 1 zone et est en légère hausse ailleurs. Une nouvelle expérimentation, avec des règles adaptées, pourrait donc être envisagée afin de pérenniser cette pratique en toute sécurité. »

D’autres éléments tels que l’élargissement des zones géographiques concernées, de nouvelles règles de circulation avec une méthodologie de collecte de données automatisée et une communication adaptée et continue pour améliorer la pédagogie de tous les usagers de la route pourraient être intégrées à cette seconde expérimentation plus approfondie.

La Fondation MAIF salue toute initiative pour baisser la forte mortalité des motards sur nos routes. Nous avons fait un long chemin depuis les premières études cherchant à comprendre les raisons de l’accidentologie, ou à ancrer la prévention dans l’apprentissage de la conduite de deux roues motorisés.

Rendre les casques plus sûrs…

Les travaux de modélisation des chocs cérébraux menés par l’équipe de Rémy Willinger du laboratoire Icube de l’Université de Strasbourg ont permis de mieux comprendre les blessures graves des motards et d’apprendre à mieux se protéger. Certains des tests développés par l’équipe, notamment l’impact sur une surface oblique, seront intégrés dans les nouveaux tests normatifs de casques qui entreront en vigueur en 2023. Ces travaux ont contribué à la création d’une plateforme de conseil et de tests de casques moto, ainsi que vélo en collaboration avec la Mutuelle des Motards, Certimoov.

…et les motards plus visibles

Nous avons cherché à rendre les motards plus visibles en conditions nocturnes ou crépusculaires en allongeant la silhouette avec deux feux sur la fourche et un sur le casque. Une recommandation qui a été prise en compte dans les mesures annoncées par le gouvernement le 10 janvier 2018. Depuis, les motards ont le droit d’allumer en permanence leurs feux de brouillard pour les rendre davantage visibles.

Les apports des nouvelles technologies pour les motards

Dernièrement, nous nous sommes intéressés aux nouvelles technologies, des aides à la conduite qui peuvent améliorer la sécurité des motards. L’Utac-Ceram a testé l’efficacité des systèmes de connectivité et de communication entre véhicules, le V2X. Une technologie toujours en cours de développement mais qui donne une piste prometteuse pour éviter des collisions liées à un manque de visibilité à l’avenir.

Un nouveau projet concerne l’affichage tête haute pour les motards pour analyser les bénéfices et apports des tels systèmes novateurs et ainsi identifier d’éventuels risques pour les motards et les autres usagers. Une étude qui non seulement apporterait des propositions aux constructeurs mais qui pourrait impacter la future réglementation et la création des messages de prévention. Affaire à suivre !


A voir aussi