Deux nouveaux membres au Conseil scientifique de la Fondation MAIF

La Fondation MAIF est ravie d’accueillir 2 nouveaux membres au sein de son Conseil scientifique, bienvenue à Mélanie Marcel et Régis Chatellier !

MlanieMARCEL_RgisCHATELLIER.jpg

Mélanie MARCEL est ingénieure spécialisée dans la physique des ondes et les neurosciences. Depuis plusieurs années, elle dirige SoScience, une entreprise sociale spécialisée en recherche et innovation responsable.

Régis CHATELLIER est actuellement chargé d'études prospectives au pôle Innovation, études et prospective de la CNIL.

Mélanie MARCEL

A travers sa passion et son engagement à penser la science comme un vecteur social, Mélanie est devenue une experte nationale reconnue dans le domaine de la recherche et l’innovation responsable.

Elle a été parmi les plus jeunes experts sélectionnés par la Commission européenne pour évaluer des politiques de recherche « Science avec et pour la société ». 

En 2017, elle est auteure de « Science et Impact Social : vers une innovation responsable ». Acteur du changement, Mélanie est Fellow Echoing Green depuis 2017 et Fellow Ashoka depuis 2018. Elle est également lauréate du Prix « Innovateur pour la justice sociale » du Grinnel College, Etats-Unis

En 2013, Mélanie a crée SoScience, une start-up spécialisée dans la Recherche et l’Innovation Responsable (RRI). Soscience agit à l’intersection des valeurs partagées : l’impact social et l’excellence, créant les premiers partenariats entre les instituts de recherche et les entreprises sociales. Son approche prend en considération les impacts sociaux et environnementaux dès le processus d’innovation et introduit de l’éthique dans la science afin de prévenir les dérives du progrès et de l’innovation.

Régis CHATELLIER

Il pilote des projets d’études et d’explorations prospectives de sujets émergents liés aux données personnelles et à la vie privée au sein du LINC (Laboratoire d’Innovation Numérique de la CNIL). Ses travaux se situent à la rencontre entre innovation, technologies, usages, société, régulation et éthique.

Ses travaux et missions se déclinent sur trois axes :

  • explorer (par une activité de veille technologique et de publications);
  • échanger (être point de contact des écosystèmes d’innovation);
  • expérimenter (en pilotant ou accompagnant des projets d’expérimentation).

LINC propose un regard différent en mettant en avant les activités d’innovation de la CNIL qui, au-delà de son action de régulation, participe et catalyse des débats sur les enjeux reliant éthique, libertés, données et usages du numérique.

C’est aussi un espace de création de liens avec les acteurs – entreprises, institutions, associations et membres de la société civile – qui participent à la « révolution numérique ». La CNIL vue dans son miroir en quelque sorte.

En janvier 2019, LINC publie son sixième cahier Innovation et prospective : « La forme des choix – Données personnelles, design et friction désirables ». Il s’agit d’une exploration des enjeux du design dans la conception des services numériques, au prisme de la protection des données et des libertés.

Diplômé de l'Institut d'Etudes politiques de Grenoble, il enseigne également dans l’atelier « Gouvernance de la donnée urbaine » à l'Ecole Urbaine de Sciences Po Paris.

A voir aussi