Êtes-vous prêt(e)s à lâcher le volant ?

Conduite manuelle vs conduite autonome, comment gérer les transitions ?

692834446-chombosan_iStock2.jpg

La voiture autonome n’est certes pas pour demain, mais les technologies avancent et les systèmes permettront un jour de lâcher le volant et devenir superviseur plutôt que conducteur du véhicule.

Les interactions entre les réactions humaines et les assistances à la conduite automatique du véhicule sont potentiellement critiques.

Comment ces nouveaux processus vont-ils altérer les performances et le temps de réaction nécessaires pour la reprise en main d’un véhicule autonome ?

Arthur Portron de l’Université d’Aix-Marseille analyse cette phase critique dans le but de réduire le risque d’accident et d’erreur lié à la vigilance du conducteur et augmenter la sécurité des usagers.

En savoir plus sur ce projet de recherche



Et l’avis du grand public sur le nouveau rôle du conducteur / superviseur ?

Plus de la moitié des personnes interrogées lors d’une consultation de l’Automobile Club Association et l’Observatoire MAP* estiment que l’utilisateur d’un véhicule autonome doit être toujours considéré comme conducteur et non simple passager.

76.9 % pensent qu’une personne devrait être désignée à bord comme conducteur responsable avant le démarrage du véhicule pour assurer la reprise en main si celui-ci ne peut pas circuler en mode autonome.

Cette notion de responsabilité est très importante pour les personnes sondées. Pour le plus grand nombre d’entre elles, un positionnement spécifique dans le véhicule serait le moyen d’identifier ce « passager responsable ».

Et qu’en est-il de la reprise en main par l’humain ?

Les répondants à l’enquête aimeront être alertés de l’obligation de reprise en main du véhicule par un signal qui pourrait être sonore, vocal ou lumineux, voire être prévenus par un ensemble de signaux.

Pour 40 % d’entre eux, l’usager devrait disposer d’un délai de 5 secondes minimum avant de pouvoir reprendre les commandes. Et plus de la moitié envisagent le principe d’une sanction pour celui qui continuerait à conduire en mode autonome malgré les invitations à reprendre le contrôle du véhicule.

Pour en savoir plus, découvrez la Consultation sur le véhicule autonome : La vision du consommateur

*6 mois de consultation de juin à décembre 2019 auprès de plus de 1000 participants en France.

A voir aussi