Mieux comprendre quels peuvent être les déficits visuels, outre les phénomènes de fatigue proprement dit, qui rendent la conduite automobile de nuit particulièrement dangereuse.

mobilit-2.jpg

Au travers de l'étude des rythmes et variations de la sensibilité visuelle sur 24 heures, la recherche vise à orienter la réflexion sur des systèmes d'aide à la conduite appropriés à la conduite automobile de nuit et sur les stratégies de prévention et d'information à mettre en place en direction des conducteurs les plus exposés.

Méthodologies - Etapes

  • Travail préalable : recherche fondamentale et exploratoire pour vérifier la dimension de la rythmicité de la sensibilité visuelle. Tests réalisés avec 14 sujets dans des chambres d'expérimentation contrôlées : mesures du seuil de détection visuelle et du seuil de discrimination de luminance.
  • Fluctuations circadiennes et tâche de conduite :
    • Évaluations des fluctuations des capacités de conduite en relation avec celles mesurées dans l'étape précédente.
    • Expérimentations effectuées sur le Poste d'Analyse de la Vigilance en Conduite Automobile Simulée (64 sujets).
  • Traitement de l'ensemble des résultats et rédaction du rapport final.

Code du projet

Organismes de recherche et partenaires

CEPA (Centre d'Étude de Physiologie Appliquée) du CNRS.

Principaux intervenants

Date de début / Durée

1998 sur une durée de 3 ans

Documents à disposition