Évaluation des capacités de conduite de personnes âgées ayant des fréquences d'accidents différentes.

mobilit-2.jpg

Grâce à la conduite automobile, la personne vieillissante peut continuer à se déplacer en toute autonomie se préservant ainsi des risques d'isolement social et de dépendance. 

Cependant, si certaines personnes, même très âgées, sont tout à fait en mesure de conduire un véhicule, d'autres ne le sont plus ; en effet, la population des personnes âgées est, sur le plan des performances motrices, perceptives et cognitives extrêmement hétérogène, le vieillissement étant un processus individuel et non linéaire. Il se révèle donc indispensable de détecter de façon fiable et par des moyens simples les personnes présentant un risque potentiel lorsqu'elles conduisent et cela avant qu'elles n'aient causé un accident.

La recherche se propose donc d'étudier les relations pouvant exister entre la qualité du vieillissement et la fréquence des accidents afin de vérifier que, dans l'ensemble, la capacité à conduire n'est pas dépendante de l'âge mais bien de l'état des fonctions supérieures et de la qualité du vieillissement.

Méthodologies - Etapes

La recherche repose sur l'étude d'une population de 60 sujets volontaires âgés de 65 à 75 ans, répartis en deux groupes de 30 personnes en fonction de leurs antécédents accidentologiques. 
Les sujets des deux groupes seront soumis à cinq évaluations successives qui permettront de classer les individus selon la qualité de leur vieillissement :

  • Examen médical.
  • Examen neuropsychologique afin de repérer les éventuels déficits sur les fonctions cognitives indispensables à la bonne réalisation de la tâche de conduite.
  • Etude du champ visuel utile, réalisée sur le poste d'étude du champ visuel utile (PECVU) implanté au CEPA.
  • Etude des capacités à conduire un véhicule, réalisée sur simulateur de conduite.
  • Examen psychologique.

Code du projet

Organismes de recherche et partenaires

CEPA (Centre d'Etudes de Physiologie Appliquée) du CNRS de Strasbourg.
LPF (Laboratoire de recherches en Psychologie sur la Famille et la Filiation) de l'Université Louis Pasteur de Strasbourg.
MAIF (Mutuelle Assurance des Instituteurs de France).

Principaux intervenants

Date de début / Durée

2000 sur une durée de deux ans et demi