Comment sensibiliser au risque sismique et améliorer la réponse aux séismes par l’implication citoyenne

seisme-immeuble-fondation-maif2.jpg

Pour améliorer l’efficacité du travail des équipes d’urgence après un séisme, des réseaux sismologiques performants agissant en temps réel peuvent être déployés dans les zones soumises aux risques sismiques élevés.

Mais le coût de cette solution et sa haute technicité, ne la rendent applicable que dans des cas particuliers comme l’agglomération de Tokyo où le risque et les moyens économiques sont importants.

La solution proposée

Pour le CSEM (Centre sismique euro-méditerranéen) la réponse est d’impliquer les témoins qui peuvent déjà répondre à un questionnaire ou partager leurs photos des dommages et destructions en ligne. Ce projet ambitionne de donner aux citoyens un rôle d’acteur dans la définition de la réponse à un séisme grâce au développement d’une appli, « Lastquake ». 

Participation directe des citoyens

Cette appli permet la collecte rapide d’informations de terrain, d’en estimer la fiabilité et de les fusionner dans des cartes de situations exploitables par les équipes d’urgence. Le tout avec l’objectif de limiter l’impact humain des séismes en améliorant la réponse apportée à ce type de catastrophe grâce à la participation directe des citoyens. Elle offre l’opportunité de multiplier à moindre coût les mesures de mouvements sismiques en zones urbaines, zones où, par définition, sont concentrés les dégâts potentiels.

Lastquake3.jpg

Téléchargez ici l'application Lastquake :

Sur Google Play

Sur App Store

 

Code du projet

Organismes de recherche et partenaires

Centre Sismologique Euro-Méditerranéen (CSEM)

Partenaires associés
Réseau des membres du CSEM de 84 instituts dans 55 pays différents
Joint Research Centre (JRC)
Digital Element, leader dans la localisation des adresses IP qui ouvre accès gratuitement à un service de localisation performant (partenariat déjà existant avec le CSEM)

Principaux intervenants

Responsable du projet : Docteur Remy BOSSU, secrétaire général du Centre Sismologique Euro-Méditerranéen (CSEM)

Date de début / Durée

Début et durée de la recherche 2011 sur une durée de 36 mois

A voir aussi