A vélo, en cas de chute, la tête du cycliste est vulnérable. La solution : un bandeau en polyuréthane visco-élastique, qui protège les zones les plus exposées.

Pourquoi 80% des citadins pédalent-ils tête nue ?

Parce qu’ils n’apprécient pas le look « tour de France » et aussi parce que le casque, non content d’être inconfortable, prend trop de place dans le sac une fois la destination atteinte. 


PROTECY2.jpg

Protéger la tête juste là où il faut : front, tempes et occiput

Dans 93 % des traumatismes crâniens de cyclistes, c’est la zone fronto-temporo ou occipitale qui est touchée. Quasiment jamais le sommet du crâne. L’équation était la suivante : trouver un matériau léger et flexible, présentant une excellente résistance au choc. Objectif : réaliser une protection efficace et agréable à porter, le tout dans une faible épaisseur et avec un encombrement minimal.

Après un benchmark de nombreux matériaux, Icube, le laboratoire de l’Université de Strasbourg qui pilotait ce projet de recherche, a finalement élu un multicouche de polyuréthane viscoélastique. Mou au toucher et dur lorsqu’il est percuté, il remplit parfaitement le cahier des charges.

Forte de ces résultats, l’équipe projet s’est rapprochée d’un bureau d’études spécialisé dans l’ergomedical design, Sport Contrôle, pour dessiner et industrialiser la protection. A la fois déformable et amortissant, le bandeau de 14 millimètres d’épaisseur pèse moins de 100 grammes et peut se plier pour tenir dans une poche.

protecy-3.jpg

Bandeau et casque : deux protections efficaces, mais de façon différente

Le bandeau assure une protection optimale de la tête lors des chutes jusqu’à 16,2 km/heure. 
Le casque, lui, protège efficacement jusqu’à 20 km/ heure. Le casque reste donc la meilleure protection, en particulier lorsque le cycliste est percuté par un automobiliste. Mais le bandeau assure une protection plus ciblée. Il couvre parfaitement les zones sensibles de la tête et les protège également des répercussions internes d’un choc. 

En vente sur internet et bientôt en boutiques de cycles et de mode

Produit par Sport Contrôle, le bandeau est aujourd’hui disponible sur internet, sous la marque OKYL. En plus il est beau, léger, et se loge dans un petit sac.

Code du projet

PROTECY

Organismes de recherche et partenaires

UNISTRA (Université de Strasbourg)
Laboratoire des sciences de l’ingénieur, de l’informatique et de l’imagerie (Laboratoire Icube) - 2 rue BOUSSINGAULT - 67000 Strasbourg

Principaux intervenants

Responsable du projet : Rémy Willinger
remy.willinger@unistra.fr 

Date de début / Durée

2012 sur une durée de 24 mois

Documents à disposition

A voir aussi