Hypovigilance au volant - La fatigue et la conduite

Au volant, une pause s’impose toutes les 2 heures, alerte à l’hypovigilance !

Famille au départ de vacances en voiture

Comment reconnaître les premiers signes de l’hypovigilance au volant ? C’est primordial car dès les premiers indicateurs de somnolence, il faut agir ! La fatigue au volant est à l’origine d’un accident mortel sur 3 sur l’autoroute selon la Sécurité Routière et elle est incomparable à une fatigue classique. À la différence d’une somnolence ordinaire où on s’endort volontairement, un conducteur ne s’endort jamais de son plein gré. 

Source : Roulons-autrement.com

Comment lutter contre l’hypovigilance au volant :

• Vous préparez un long trajet, par exemple, un départ en vacances ? Reposez-vous un maximum la veille. 1 conducteur sur 2 réduit son temps de sommeil habituel au moment de départ en vacances, mais 5 heures de sommeil ou moins multiplie le risque d’avoir un accident sur la route par 3.

• Vous êtes éveillé depuis longtemps, votre nuit de sommeil a été courte ? Sachez que 17 heures d’éveil produit les mêmes effets que 0,5g/ d’alcool dans le sang. 19h heures d’éveil divise notre temps d’éveil par 2.

• Quel que soit le trajet, faites une pause toutes les 2 heures pendant au moins 15 minutes.

• Vous vous sentez fatigué au volant ? Vous avez des paupières lourdes et vous baillez ? Faites une pause d’au moins 20 minutes pour faire une sieste. Et, n’oubliez pas de boire un café avant de fermer vos yeux. La caféine a besoin d’au moins 20 minutes pour agir.

Détecter l’hypovigilance par des signes précurseurs

Pour lutter contre l’hypovigilance au volant et agir avant que les premiers signes physiques se fassent ressentir, la Fondation MAIF soutient une recherche menée conjointement par Ellis-Car, le Laboratoire LISV, et l’Institut Mines Télécom. L’équipe vise à automatiser la détection de l’hypovigilance précoce via une ADAS (système d’aide à la conduite automobile) installée dans l’appui-tête du siège du conducteur.

Une première étape cruciale a été franchie : prouver qu'il est possible de mesurer l’activité électrique cérébrale dans un véhicule en mouvement. En effet, l'hypovigilance se caractérise par l'augmentation des ondes alpha et theta et la baisse des ondes béta. Les premières recherches ont donc consisté à identifier les ondes alpha et à les isoler au milieu de tout le "bruit" provoqué par les vibrations environnantes. Les chercheurs ont utilisé le marqueur de la fermeture des yeux qui provoque systématiquement une augmentation des ondes alpha. 

Prochaine étape du projet, une période de tests en laboratoire sur des conducteurs en situation réelle d’hypovigilance. En savoir plus et suivre les étapes du projet.


A voir aussi