La vitesse limitée à 80km/h, mise en vigueur prévue le 01 juillet

La mesure qui divise le pays, est-elle un moyen efficace de faire baisser le nombre de morts sur les routes françaises ?

80(1).jpg

L’objectif est de mettre un frein à la mortalité routière qui reste à ce jour à un niveau très élevé.

Les chiffres parlent pour eux-mêmes. Presque 60 000 accidents corporels par an, 80 000 victimes dont 30 000 blessés et plus de 3 500 décès par an.

Mais cette mesure pour réduire la vitesse sur les routes secondaires serait-elle efficace ? 

Plusieurs études ont relevé le lien entre vitesse et mortalité routière, comme les modèles de Nilsson et Elvik, qui affirment qu'une réduction de la vitesse de seulement 1% permet de diminuer de 4% le nombre d'accidents mortels. 

Certains pays européens, comme les pays nordiques, la Suisse et les Pays Bas ont déjà adopté une limitation de vitesse à 80 km/h hors agglomération. Une mesure introduite à l'origine pour certains avec l'objectif de baisser les émissions mais qui a également réduit le nombre de morts sur les routes de manière significative. En effet, en cas de collision frontale, un choc à 80 km/h est 21% moins violent qu'un choc à 90 km/h.

Si on fait baisser de 10 % la vitesse moyenne, on obtient une baisse de 4,6 % du nombre de morts  - Emmanuel BARBE, délégué interministériel à la sécurité routière

Contestation des théories par les associations d’automobilistes françaises

L’association 40 Millions d’Automobilistes conteste ces théories et la mesure la jugeant inefficace. Elle prend l’exemple de la Grande Bretagne où ils roulent à 97km/h ou de l’Allemagne où ils roulent encore plus vite à 100km/h. La Ligue de Défense des Conducteurs affirme même que « on dispose même de données qui montrent qu'augmenter la vitesse ne nuit pas à la sécurité : en 2012, la vitesse moyenne a augmenté en France. Et pourtant, le nombre de tués sur la route a diminué de presque 8%. C'était déjà le cas entre 1998 et 2002, avec une baisse du nombre de décès sur les routes de 15 %. »

Réduction de la vitesse, comment se traduira-t-elle réellement pour les conducteurs ?

Réduire la vitesse veut dire accroître le temps de trajet, mais seulement d’une petite minute pour 10km parcourus. La Mairie de Paris affirme de son côté que réduire la vitesse de 10 km/h sur certaines sections du périphérique parisien permet de fluidifier le trafic. Aussi, selon Bison Futé, rouler 10 km/h moins vite permet de réduire la consommation de carburant de près de 15%, soit une économie de trois à cinq litres lorsqu'on parcourt 500 kilomètres.

Et vous, vous en pensez quoi ?


A voir aussi