Bilan de l’accidentalité routière 2018

Résultats définitifs de l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière - 2018

embouteillage-fondation-maif2.jpg

Après 4 années entre hausse et stagnation de la mortalité routière, l’année 2018 enregistre le chiffre de la mortalité le plus bas de toute l’histoire de la Sécurité Routière.

Sur les routes en France en 2018, 3 488 personnes ont perdu la vie, soit 197 décès de moins qu’en 2017.

Les accidents corporels sont aussi en baisse de -4,7 %, ainsi que les personnes blessées en baisse de – 4,7 % également. 

Tous les indicateurs de l’accidentalité routière en baisse en Métropole

En Métropole, après une augmentation de nombre de décès en 2014 et 2015, et une stagnation en 2016 et 2017, la mortalité routière est en baisse, - 5,8 %, soit 200 décès en moins. Les autres indicateurs de l’accidentalité sont également en baisse : les accidents corporels de – 4,9 % (- 2 847), et les personnes blessées, - 4,8 % (- 3 497).

Malgré la réduction en nombre de décès, il est à noter que les usagers vulnérables tels que les piétons seniors représentent la moitié des tuées dans cette catégorie avec la plupart d’accidents mortels ayant lieu au quatrième trimestre. D’ailleurs, les tranches d’âge en surrisque sont toujours les 75 ans et plus, et les 18 à 24 ans. Si les jeunes de 18 à 24 ans restent les plus impactés par les accidents mortels, leur situation s’améliore par rapport aux années précédentes avec 97 décès par million contre 149 tués par million en 2010.

Des différences entre les départements d’Outre-mer et les collectivités d’Outre-mer et la Nouvelle-Calédonie.

En Outre-mer, 4 décès de plus sont à déplorer sur les routes en 2018, soit 240 décès au total. Tous les autres indicateurs concernant les Outre-mer sont en baisse : 2 586 accidents corporels ont été enregistrés en 2018, soit 25 de moins qu’en 2017, et 3 366 personnes ont été blessées, soit 90 de moins.

Il y a toutefois une différence entre les départements d’Outre-mer et les collectivités et la Nouvelle Calédonie. Malgré une baisse de la mortalité routière de – 5,3 % en 2018 par rapport à 2017 pour les départements d’outre-mer ; les collectivités et la Nouvelle Calédonie ont subi une hausse de + 14,3 %, soit 12 personnes de plus tuées sur les routes.

Les principaux facteurs d’accidents mortels en 2018

La vitesse excessive ou inadaptée reste la cause première des accidents mortels sur les routes françaises. Elle intervient dans un accident mortel sur 3. La deuxième cause est l’abus d’alcool au volant et la conduite sous stupéfiant, suivi des refus de priorité et de l’inattention en conduisant.

41 % des accidents mortels impliquant des jeunes de 18 à 24 ans est liée à la vitesse. Les facteurs alcool et stupéfiants sont surreprésentés chez les 35 à 44 ans, à 25 % et 15 % respectivement. L’inattention au volant et les difficultés à respecter les priorités sont en cause pour les plus âgés. Elles représentent respectivement 14 % et 21 % des accidents mortels des plus de 75 ans.

Découvrez les principales causes des presqu’accidents de la route selon les participants de l’étude MEDOC soutenue par la Fondation MAIF



A voir aussi