Voitures semi-autonomes – « Ne pas croire que c’est magique ! »

Interview avec Marc Rigolot sur les tests réalisés sur des voitures « autonomes » par l’Utac-Ceram – les systèmes ne sont pas infaillibles.

tests-voiture-autonome-pas-pour-demain.jpg

Le Télégramme – 17 mars 2019 – « Les voitures semi-autonomes proposent des aides à la conduite formidables. Mais attention, surtout, à ne pas croire que c’est magique », considère Marc Rigolot, directeur général de la Fondation MAIF.

Les tests menés par l’Utac-Ceram et soutenus par la Fondation MAIF entre septembre 2017 et juin 2018 démontrent que le freinage automatique ne marche que de façon aléatoire, tout comme la reprise de la ligne de conduite. 

Parfois, certaines voitures ont totalement ignoré un autre véhicule qui avait été placé en travers de la route.

Les tests ont été conduits (sur piste privée) sans les mains du conducteur sur le volant ce qui est interdit pour les véhicules semi-autonomes de niveau 2 en France. Cependant, cela apporte la preuve que le conducteur doit rester attentif à tout moment au volant des voitures équipées de systèmes d’assistance à la conduite et qu’il faut se méfier de la surconfiance que ce type de véhicule peut générer.

Marc Rigolot insiste sur le fait qu’il faudra certainement attendre longtemps avant que les voitures capables de se passer de conducteur dans toutes les situations soient capables d’aller d’un point A à un point B sans risque.

Sommes-nous vraiment prêts à être conduits par les robots et à accepter un éventuel accident que ces derniers pourraient causer ?

De nombreuses questions d’ordre éthique et culturel se posent. Les algorithmes des intelligences artificielles seront complexes à paramétrer et leurs erreurs ne seront pas acceptées.

Lien vers l’article du Télégramme

En savoir plus sur les tests conduits pat l’Utac-Ceram



A voir aussi