La montagne est un lieu excellent pour apprendre ce qu’est un risque et comment on peut l’apprivoiser

montblanc_2.jpg

Crée le 13/10/20

Physicien et docteur en philosophie des sciences, Étienne Klein se passionne depuis l’âge de 20 ans pour la montagne, son « véritable topos » (« lieu, endroit » en grec), qu’il arpente en alpiniste amateur et traileur aguerri. Son ouvrage ***Psychisme ascensionnel, paru le 7 octobre, raconte cette quête de montagne et ce rapport intime qu’il entretient avec les cimes. L’occasion d’évoquer avec lui cette saison si particulière et ses réflexions sur la place de la montagne dans notre société.

par Sandy Plas, Montagnes Magazine

Comment la montagne a-t-elle été présente dans votre vie ces derniers mois, et en particulier pendant le confinement ?

La montagne m’a manqué, bien sûr. Mais le confinement a été pour moi l’occasion de pratiquer une sorte d’alpinisme de l’âme. Quand on est contraint de rester chez nous, on peut profiter de cette occasion pour scruter ce qu’il y a à l’intérieur de soi et être en adéquation avec son propre rythme. J’ai été surpris de voir à quel point le confinement était bien accepté. Ça peut s’expliquer par la peur du virus et la peur du gendarme. Mais c’est peut-être aussi parce qu’il a provoqué une forme de soulagement. On a toujours l’impression d’être en retard, que le monde va plus vite que nous. Là, il y avait une forme d’apaisement psychologique, nous n’étions plus dans la culpabilité d’être en retard. Le seul endroit où je retrouve cette forme d’apaisement, c’est la montagne.

« Le confinement m’a permis des moments de concentration, mais aussi des moments de divagation. »

Dans votre dernier ouvrage, vous évoquez deux paradoxes que vous ressentez en montagne : le fait de se sentir « parfaitement libre » malgré un « monde de contraintes », et le fait de s’y sentir en sécurité.

Quand je parle de liberté, je parle de l’ultra-trail. Je me sens libre au sens où je suis responsable de ma situation. Je suis libre de continuer, ou de ne pas continuer. On est en quelque sorte ramené à soi, à ses décisions et c’est une expérience de la liberté. Mon impression de sécurité, elle, est très liée au fait que je ne pars jamais seul en montagne. Elle est donc liée à la confiance que j’ai dans les gens avec qui je pars, sans qui je n’aurais pas ce sentiment de sécurité.

Que vous apporte psychologiquement et physiquement la montagne ?

Après une course, on revient à son point de départ, mais on n’est plus tout à fait dans l’état dans lequel on était quand on est parti. La montagne permet une aération de l’esprit. On en revient avec un élan vital réactivé, l’impression d’être remis à neuf. C’est cette impression de renouveau qui est addictive chez moi. J’ai la garantie qu’aller en montagne me procurera une forme de reset.

« Notre société doit apprendre à vivre avec les risques, se familiariser avec eux. »

Selon vous, qu’est-ce que la montagne a à apporter à la société, aujourd’hui, peut-être encore plus qu’hier ?

Il y aurait beaucoup de choses à dire, mais le point le plus important, c’est la question du risque. Un risque, ce n’est pas la même chose qu’un danger. Certains disent : « L’alpinisme, c’est risqué. » Mais évidemment, ce n’est risqué que pour ceux qui vont en montagne. Donc on pourrait dire que la bonne façon d’éviter le risque, c’est de ne jamais aller en montagne, au nom d’une sorte d’idéologie du risque zéro. Or, ce n’est pas par la fuite des risques qu’on s’en protège le mieux, mais par la fréquentation, qui crée une forme d’éducation et permet de les connaître de façon objective, plutôt que de les fantasmer. On voit bien que notre société ne pourra pas se protéger contre tous les risques, donc plutôt que de tenter de les abolir, elle doit au contraire apprendre à vivre avec, se familiariser avec eux.

Et la montagne est selon vous un bon moyen de se familiariser avec le risque ?

Oui, la montagne est un lieu excellent pour apprendre aux jeunes ce qu’est un risque et comment on peut l’apprivoiser, sans jamais l’éliminer. Elle apprend une différence essentielle qui est que les mesures que l’on prend pour diminuer un danger ne sont pas du tout les mêmes que celles pour diminuer l’anxiété. Après les attentats, la réaction a été de mettre des policiers partout. Ça, c’était pour réduire l’anxiété, mais ça ne réduisait pas le danger. C’est ça également qui fait l’ambiguïté du principe de précaution. Certains disent que le principe de précaution, c’est de tout arrêter et ne pas prendre de risque, alors que le but, tel qu’il est rédigé dans la Constitution, c’est de faire des recherches pour que le risque soit mieux connu.

***Psychisme ascensionnel

Une histoire intime de montagne

Dans son dernier ouvrage, Étienne Klein revient sur la relation intime qu’il entretient avec la montagne depuis sa jeunesse. Dans ses entretiens avec l’écrivain Fabrice Lardreau, il évoque ses souvenirs, notamment ceux de la première découverte, à l’âge de 20 ans, du massif du Mont-Blanc. Mais aussi le souvenir de ces alpinistes polonais hagards revenus du glacier des Bossons, des « post-humains », dont l’image reste gravée jusqu’à aujourd’hui dans sa mémoire. Il parle également de ses courses, en « alpiniste amateur », et de sa passion pour l’ultra-trail, une manière pour lui de combiner une forme d’alpinisme et le cross qu’il pratiquait plus jeune. Formation scientifique oblige, la montagne se mêle aussi à la physique et les grands penseurs ne sont jamais loin, jusque dans le titre, Psychisme ascensionnel, emprunté à Gaston Bachelard, qui désignait ainsi le sentiment ressenti au pied d’une montagne, quand le regard est attiré vers les sommets.

                                                

Pour lire l'article complet

A voir aussi

Avec le confinement, notre espace-temps est chamboulé...