Détecter l’endormissement au volant avant qu’il ne soit trop tard

L’hypovigilance au volant, 1ère cause de mortalité sur autoroute aujourd’hui, comment y faire face ?

HYPOVIGIL21.jpg

L’hypovigilance au volant, l’état entre l’endormissement et l’état de veille est responsable de 15 à 20 % des accidents mortels sur l’ensemble du réseau routier français. Des aides à la conduite existent pour surveiller les conducteurs ou les alerter , la détection des clignements des paupières par exemple. Mais ces indicateurs ou ces signes avant-coureurs sont quelques fois trop tardifs et l’accident devient inévitable.

Il faudrait anticiper et détecter les phases précoces de l’endormissement, pour prévenir le conducteur qu’il va s’endormir, et non qu’il est déjà endormi. Est-ce possible ?

Rencontre en images avec Patrick BIBAS, Directeur de ce projet de recherche qui utilise la variation des ondes cérébrales pour détecter les phases précurseurs de l'endormissement.

Patrick BIBAS est aussi médecin de formation et co-fondateur d’Ellis Car, start-up spécialisée dans l’analyse massive des données de circulation à l’aide de boitiers ou de smartphones embarqués dans les automobiles.


Découvrir ce projet de recherche


Un pas de plus

A voir aussi