Les accidents à répétition sont le fait de pathologies spécifiques chez certains jeunes. Pari du projet : les sortir de cette spirale par la thérapie de groupe.

ecar2.jpg

Aujourd'hui, 20% des adolescents hospitalisés le sont pour un accident de la circulation.

Et le taux de récidive est élevé : un adolescent sur quatre aura un nouvel accident dans l'année suivant le premier. 


L’idée du projet : déclencher une prise de conscience via un traitement thérapeutique

Le projet s’est donné pour première mission de repérer chez les adolescents et jeunes adultes ayant déjà eu un accident de la circulation ceux qui présentent le plus fort risque de recommencer. Cette population se caractérise par différentes pathologies d'ordre psychologique, identifiées lors d’un premier volet du projet Ecarr (lien vers Ecarr1).

Ecarr tend notamment à montrer que les jeunes ayant obtenu des scores élevés aux tests d’impulsivité et de dépression sont aussi ceux qui affichent le plus fort taux de récidive dans les accidents. Une fois repérés, ces jeunes « à risques » sont divisés en deux groupes. Le premier est invité à participer à trois séances de psychothérapie, à une semaine d’intervalle, consacrées chacune à un thème : les autres, le risque, les émotions. L’autre groupe est simplement surveillé.  

Bénéfice attendu : réduire de 20 % le taux de récidive

Le projet fait le postulat que participer à ces séances préventives diminuera de 20 % le risque de récidive dans les accidents de la circulation chez les jeunes diagnostiqués « à risques ». 

Ce qui aura aussi pour conséquence de diminuer les frais de prise en charge liés aux accidents. Les premières observations sont très encourageantes, avec un changement de comportement chez les participants ayant suivi les trois séances thérapeutiques.

therapie-groupe-fondation-maif3.jpg

Trois phases d’étude

Les chercheurs ont déployé leur projet d’étude auprès de 9 services d’urgence répartis sur toute la France. Dès qu’un jeune se présente suite à un accident de la circulation (piéton, 2 roues ou 4 roues), on lui propose de participer à l’étude, moyennant une indemnité financière.

- Phase 1 : sélection de jeunes (14 – 25 ans) admis aux urgences suite à un accident de la circulation et présentant un risque élevé de répétition d'accident (12 mois).

- Phase 2 : organisation de trois séances thérapeutiques de groupe en complément des soins usuels (12 mois).

- Phase 3 : analyse des résultats. Les pourcentages de sujets ayant présenté une ou plusieurs récidives d'accident de la circulation sont comparés dans les deux groupes, ayant ou non bénéficié d'une intervention thérapeutique (6 mois).


Code du projet

ECARR

Organismes de recherche et partenaires

Pôle Universitaire de Psychiatrie de l'Enfant et de l'Adolescent (PUEPA) - POITIERS

Partenaires associés
Fondation Vinci
Délégation à la Sécurité et à la Circulation Routière (DCSR)
Programme Hospitalier de Recherche Médicale (PHRC 2014)

Principaux intervenants

Professeur Laurent GICQUEL

Date de début / Durée

2014 sur une durée de 36 mois