Les deux-roues motorisés : chiffres clés et actualités

Et si on pouvait réduire le nombre d’accidents des motards et mieux les protéger sur les routes ?

motard-ballade-tranquille-en-toute-scurit.jpg

Les deux-roues motorisés représentent à peine 2% du trafic routier.

Pourtant leurs conducteurs représentent 23 % des accidents mortels de la route et près de la moitié des victimes étaient âgées de moins de 35 ans.

Les motards encourent 24 fois plus de risque d’être tués et 27 fois plus de risque d’être blessés que les automobilistes sur une distance parcourue identique.

Lumière sur les deux-roues motorisés

Depuis plusieurs années, la Fondation MAIF soutient des recherches pour réduire le nombre d’accidents des conducteurs de deux-roues. Par exemple, en collaboration avec l’IFSTTAR, nous proposons d’élargir la silhouette lumineuse des motards pour mieux les voir.

Le rajout de 2 feux sur la fourche et 1 sur le casque est très efficace, surtout en conditions nocturnes ou crépusculaires ou encore lorsque la circulation devient très dense, pour mieux distinguer les motards parmi le flot de voitures.

En effet ces recommandations ont été intégrées dans les mesures annoncées en janvier 2018 par le gouvernement afin de réduire les accidents routiers : les motards ont aujourd’hui le droit de garder leurs feux de brouillard allumés en permanence. En savoir plus.

Faire tomber des casques pour mieux protéger les motards

Autre exemple : comment choisir un casque qui offre une protection optimale ? Selon la Sécurité Routière , 54% des victimes d’accident à moto ont subi un choc à la tête. Jusqu’ici, les bancs de test pour les casques moto ne s’intéressaient qu’aux chocs orthogonaux ou verticaux.

Le laboratoire Icube de l’Université de Strasbourg a développé de nouveaux protocoles de tests plus réalistes afin de prendre en compte les chocs en biais qui sont de loin les plus fréquents dans les accidents à moto. Tout récemment, 53 modèles de casque de moto (et de vélo) ont été testés selon cette méthode qui inclut 18 impacts par modèle.

Les résultats des tests seront dévoilés en mars. Pour connaître les résultats, inscrivez-vous à la lettre d’information de la Fondation MAIF.

Les chutes, les motards les connaissent…

A part le casque, la protection du corps du motard est aussi primordiale. Près d’un quart des blessés n’avaient pas de blouson renforcé, un équipement qui aurait pu ples protéger. Et pourtant, peu de motards peuvent affirmer qu’ils n’ont jamais connu la chute.

Selon la Sécurité Routière, 7 conducteurs sur 10 ont chuté au moins 1 fois et près de la moitié ont été blessés. 7 % de ceux qui ont pratiqué la moto depuis plus de 10 ans ont chuté au moins 3 fois. Et un incroyable 58% ont chuté lors des 3 premiers années de conduite !

Le gilet-airbag, une protection fiable pour le haut de corps

Autre équipement de protection, le gilet-airbag. Le gilet protège entièrement le dos, les vertèbres, les cervicales et peut réduire le coup de lapin. Le thorax et l’abdomen sont également protégés. Plus de 75% des motards grièvement blessés dans une chute le sont à l’abdomen, au thorax ou à la colonne vertébrale.

Aujourd’hui il existe quatre générations de gilets airbag, filaire ou électronique. Gonflé, il absorbe l’énergie générée par le choc sur le même principe que l’airbag utilisé dans une voiture. L’efficacité de sa protection est comparable à celle du casque. Même s’il n’est pas obligatoire comme le casque ou les gants, pour améliorer la protection des motards, il devient tout aussi indispensable. En savoir plus.