Plus de sécurité pour les usagers vulnérables à proximité des bus !

Sanstitre-2022-08-26T150624.083.jpg

Créé le 23/08/22

Marc Rigolot, directeur de la Fondation MAIF, nous explique comment il est désormais possible de mettre en sécurité la sécurité des tous les usagers vulnérables (piétons, cyclistes) qui se trouvent dans les angles morts des bus. La rétrovision par caméra remplace les rétroviseurs des bus et apporte une vision complète et claire, la nuit comme en journée, de tous les objets et les personnes qui se situent dans les angles morts des bus.


Dans les bus, l’utilisation de la rétrovision par caméras embarquées supprime tous les angles morts et protège les usagers vulnérables

Le nombre d’accidents des usagers de la route les plus vulnérables est en forte croissance. Piétons, cyclistes, adeptes de la trottinette sont concernés par ces accidents. Ces modes de déplacement doux se développent très vite. On constate une augmentation de 30 % du nombre d’achats de vélos électriques en 2021, année où le nombre d’acquisitions de vélos a été supérieur à celui des automobiles. Et malheureusement, cette croissance se fait avec peu de régulation sur le terrain et parfois des comportements parfois un peu anarchiques.

Pour les services publics du secteur de transports et en particulier pour les chauffeurs des bus de ville, la crainte de l’accident est une véritable hantise. D’autant que ces véhicules assez imposants ne permettent pas au chauffeur de voir tout ce qui se passe autour de son bus. C’est ce qu’on appelle les angles morts.

Comment vous protéger en tant que vulnérable ?

Alors, trois principes pour circuler en toute sécurité :

1. d’abord, conservez à l’esprit qu’on ne vous a pas forcément vu ;

2. ayez également en tête le fait que vous n’êtes pas équipé d’une carrosserie qui vous protège ;

3. et enfin, sachez que vous n’êtes pas visibles dans les angles morts.

Il faut donc rester extrêmement prudent quand on est vulnérable et qu’on circule en ville, en particulier en proximité des camions et des bus.

Comment améliorer votre sécurité à proximité d’un bus ?

Cette question est au cœur d’un projet de recherche que la Fondation MAIF a soutenu avec le Sytral, Syndicat des Transports Lyonnais, et son opérateur technique Kéolis avec pour objectif de mettre en place des aides à la conduite pour permettre aux conducteurs de mieux voir ce qui se passe autour de leur bus.

Sur le papier, les ADAS, les aides à la conduite qui sont des systèmes bardés de capteurs, caméras et d’intelligence artificielle, semblaient prometteurs. De nombreux tests et expérimentations sur deux dispositifs à la pointe de la technologie ont été réalisés sous la responsabilité de l’Université Gustave Eiffel.

Conclusion de ces travaux : de nombreuses erreurs, des absences de détection en présence des vulnérables, mais également des déclenchements intempestifs à proximité d’une poubelle ou d’un piéton sur le trottoir. Bref, un système ni assez fiable ni assez robuste pour permettre de mettre en place des solutions d’aide à la conduite pour les chauffeurs de bus.

Quelles sont les solutions ?

Par contre, dans ce projet a également été testé un système de rétrovision. C’est un système qui finalement remplace les rétroviseurs par des écrans situés à l’intérieur du bus et qui sont alimentés par des caméras. Et ce système a des avantages réels : une très bonne netteté de l’image la nuit ou sous la pluie ; la capacité de mettre des repères visuels dans l’écran qui permettent d’évaluer la distance entre le piéton et le côté du bus.

Surtout, la rétrovision permet, grâce à des caméras grand angle, d’avoir une visibilité sur l’ensemble de l’environnement du bus, autrement dit de supprimer les angles morts. Une révolution pour les chauffeurs qui ont très rapidement adopté ce dispositif qui aide grandement à sécuriser leur trajet. Et d’ailleurs, le Sytral et Kéolis vont déployer ce système sur l’ensemble des bus de leur flotte.

Une révolution pour la protection des vulnérables dont vous pourrez suivre les évolutions sur notre site internet !


A voir aussi