Inscription à la lettre d'information

Accueil > Nos projets > Projets soutenus > Risques liés à la mobilité > Bénéfices et limites des véhicules autonomes

Bénéfices et limites des véhicules autonomes

Articles nos-projets Fondation MAIF

Les premiers véhicules entièrement autonomes sont annoncés pour 2018-2020. Aujourd’hui 63% des personnes n’ont pas confiance dans un véhicule qui conduit seul. Paradoxe réel, excès de confiance ou de défiance ? Pour que les consommateurs puissent arbitrer entre bénéfices et limites des véhicules autonomes ou semi-autonomes, il est nécessaire de leur apporter une vision neutre et objective des capacités réelles ou supposées de ces nouveaux véhicules. L’UTAC, dont la renommée en matière de tests sur les véhicules n’est plus à faire, se propose de mettre au point de nouveaux protocoles pour y voir plus clair.

Résultats et valorisation prévus

Ce projet permettra de définir les principales caractéristiques, les scénarios critiques et les essais pour évaluer les performances, les bénéfices et les limites des véhicules autonomes.

Des tableaux comparatifs tous véhicules et toutes marques seront réalisés pour éclairer le grand public sur les vrais bénéfices et limites des véhicules autonomes et semi-autonomes, et pour aider à identifier ou sont les vraies innovations fiables et sécuritaires et où sont les gadgets sans valeur, au-delà des annonces et des publicités.

Des actions de communication et de valorisation seront mises en place tout au long du projet en bénéficiant des échanges réguliers de l’UTAC avec les constructeurs, les instances réglementaires et normatives, les pouvoirs publics, les chercheurs du Plan NFI (Nouvelle France Industrielle), EuroNCAP et les instances de règlementation « véhicules autonomes ».

Il est prévu également une valorisation vers le grand public : presse automobile, information généraliste grand public et chaines de télévision, site internet de l’UTAC-CERAM.

Résumé du projet

Les aides à la conduite (ADAS) et le véhicule autonome arrivent massivement dans le parc automobile et devraient révolutionner la conduite automobile, par exemple :

  • gains sécurité (90% des accidents de la route proviennent d’une erreur humaine) ;
  • forts impacts sur l’assurance et la réparation (moins de sinistres et de réparations, mais des expertises, des réparations et un entretien plus complexes et techniques) ;
  • gains de consommation pour l’environnement ;
  • gains en fluidification du trafic (le véhicule autonome roule de façon plus souple plus fluide plus économe).

Il reste encore de nombreuses étapes à franchir. Dans un premier temps, les véhicules semi-autonomes (équipés de nombreux systèmes ADAS combinés) ou réellement autonomes devront prouver leur sécurité et leur fiabilité dans leur domaine de fonctionnement et d’usage. Une conduite véhicule sûre nécessite de multiples capacités : perception, interprétation, décision, actions et réactions. Ces capacités sont nécessaires et sécuritaires selon les scénarios : maintien dans sa voie, changement de voie, intersections de voies, zone de travaux, manœuvre d’urgence nécessaire, pluie, brouillard, nuit, signalisation routière peu visible ou erronée, véhicules prioritaires, véhicules agressifs, …

Les véhicules autonomes sont a priori meilleurs car plus réactifs et plus fiables (pas de fatigue, de somnolence, de distraction,…) mais sont au contraire plus limités que les conducteurs humains en cas de scénario complexe (ou à décision éthique) ou lors d’évènement non programmé dans sa base de données, non perceptible ou non compréhensible selon les conditions.

Aux scénarios accidentogènes classiques s’ajoutent donc de nouveaux scénarios accidentogènes relatifs aux points faibles des véhicules autonomes.

Le projet consiste donc à faire avancer l’état de l’art et la recherche technique et scientifique sur le difficile sujet des capacités de conduite, des scénarios critiques et du domaine fonctionnel sûr des véhicules autonomes.

Méthodes et Etapes

Phase 1 – Etude « caractéristiques, scénarios, performances, équipements »

Cette phase consiste dans un premier temps à sélectionner les 4 ou 5 véhicules qui seront étudiés dans le projet, puis à établir une liste des points à étudier sur les systèmes embarqués de conduite assistée, dans plusieurs scénarios de conduite.

Phase 2 – Essais

Propositions et réalisations d’essais pour tester plusieurs scénarios critiques pour évaluer et comparer des véhicules manuels, autonomes et semi-autonomes, en parking automatique, en conduite sur autoroute (bouchons ou normal), en ville et intersections, etc.

Phase 3 – Bilan et communication

Comparaison des situations d’essais, communication des résultats et ratings (fonctions, domaine de fonctionnement, bénéfices et limites).

Equipe de recherche

L’UTAC-CERAM

Autodrome de Linas 91311 Montlhéry

Responsable de recherche : Alain PIPERNO

Début et durée de la recherche

2016 sur une durée de 18 mois

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance du site et à optimiser votre navigation.