Inscription à la lettre d'information

Accueil > Nos projets > Projets soutenus > Risques de la vie quotidienne > Jugement du risque et décision chez les jeunes

Jugement du risque et décision chez les jeunes

L'essentiel en une page
Articles nos-projets Fondation MAIF

Etude des modes de traitement de l'information dans le jugement et la prise de décision de risque : approche différentielle

 Rencontre en images avec l'équipe de recherche

Résultats et Valorisation

Comment les jeunes évaluent-ils les situations à risque ?

Le Service Universitaire des Activités Physiques et Sportives de l’Université François Rabelais de Tours a étudié les attitudes et les comportements de jeunes sportifs de 12 à 29 ans pratiquant le BMX ou l’escalade.

Les résultats de l’étude montrent que l’évaluation du risque ne s’améliore pas avec l’âge mais en revanche l’évaluation des compétences, oui. Seule la capacité à évaluer ses compétences est prédictrice de la capacité à ajuster sa prise de risque. Il ne suffit donc pas de parler tout simplement des dangers d’une situation. Les jeunes interviewés sont conscients du risque qu’ils encourent et sont même capables d’évaluer le niveau de danger. Par contre, ils ont de vraies difficultés à s’autoévaluer.

Les émotions sont la clef de la prise de risque.

Il existe des profils prudents et imprudents. Les prudents ont généralement une bonne estime de soi et ils recherchent au travers de leurs activités sportives des sensations qu’ils ne trouvent souvent pas dans leur quotidien. En revanche, les pratiquants imprudents ont des difficultés à identifier et à exprimer leurs émotions. Ils ont une tendance à l’extrême pour se déconnecter de la réalité.

Comment prévenir ?

Les résultats de cette étude montrent qu’amplifier la prévention des risques en signalant davantage les dangers d’une situation n’aura pas d’effet significatif.

Chez les plus jeunes, il faut les aider à objectiver leurs compétences en leur faisant vivre des expériences et en leur donnant beaucoup de feed back. C’est généralement le rôle des encadrants sportifs.

Il faut ensuite favoriser l’identification et la gestion des émotions qui se construisent au moment de l’adolescence. Tout l’environnement du jeune doit être alors mis à contribution, au premier rang desquels figurent ses proches.

La valorisation envisagée des résultats est à la fois de nature académique mais aussi orientée vers un public plus large. Les résultats attendus pourraient influer sur le contenu et la forme des campagnes de prévention

Résumé du projet

La recherche s'intéresse aux processus cognitifs sous-jacents à l'évaluation du risque d'une activité de loisirs ou sportive. Il s'agit de faire la part dans le jugement des adolescents et jeunes adultes des expériences passées et des émotions ou, au contraire, d'un processus plus logique et délibéré. La recherche vise, d'autre part, à prendre en compte une perspective différentielle en évaluant l'impact des facteurs d'âge et de genre et autres (niveau d'études...) propres aux individus ou de facteurs externes (effet de mode, présence des pairs...) sur la décision de réaliser l'activité. L'hypothèse générale est donc que le lien entre évaluation du risque et choix de s'adonner à une pratique sportive serait affecté par des variables intermédiaires propres ou non à l'individu.
En mettant en évidence les processus cognitifs qui sous-entendent l'évaluation du risque (notamment estimation par l'adolescent de ses capacités à réaliser correctement l'activité) la recherche entend ainsi infléchir les campagnes de prévention
Ce projet fondé sur le financement d'une thèse paraît très intéressant en ce qu'il entend interroger des processus psychologiques fondamentaux liés à l'évaluation du risque et établir leur lien avec le choix de s'engager dans une pratique. 

Méthodes et Etapes

  • Année 2012/2013 : Etape I : Recherche documentaire et exploration préalables à la réalisation des outils d'évaluation
  • Année 2013/2014 : Etape II : Elaboration des outils d'évaluation, récolte des données et premiers résultats descriptifs
  • Année 2014/2015 : Etape III : Exploitation de l'ensemble des données, valorisation et diffusion de l'information

Equipe de recherche

Responsable du projet : Valérie PENNEQUIN, Professeur de Psychologie du Développement Laboratoire EA 2114 Psychologie des Ages de la Vie - Université François Rabelais, Tours

                    

Partenaires associés

Le SUAPS (Service Universitaire des Activités Physiques et Sportives) de l'Université François Rabelais (Tours) souhaite apporter sa contribution à ce travail de recherche en favorisant, par exemple, le recueil de données auprès des étudiants pratiquant des activités à risque dans le cadre du SUAPS.

Début et durée de la recherche

2012 sur une durée de 36 ans 

Conférence et colloque scientifique "Les jeunes et le risque" du 02 octobre 2015

Documents à disposition

jugement-du-risque
PDF | 2209,859 Ko

La visualisation des fichiers PDF nécessite Acrobat Reader

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance du site et à optimiser votre navigation.