Inscription à la lettre d'information

Accueil > Nos projets > Projets soutenus > Risques de la vie quotidienne > Prévention des risques en snowparks : analyse des usages et préconisations

Prévention des risques en snowparks : analyse des usages et préconisations

L'essentiel en une page
Articles nos-projets Fondation MAIF

La pratique du snowboard et du freestyle en snowparks connaît un succès grandissant auprès d'un public jeune et majoritairement masculin. Elle est à l'origine d'un nombre important de blessures graves et d'hospitalisation : 4,58 accidents pour 1000 journées de pratique et 9% d'hospitalisés à la suite d'une blessure contre 2,5 et 5,2 % respectivement sur des pistes classiques. Quels sont les usages des pratiquants, leurs comportements, leur perception du risque et leurs motivations ? Cette recherche permettra de préconiser des solutions de prévention efficaces aux professionnels de la montagne, aux autorités concernées et aux pratiquants.

Rencontre avec l'équipe de recherche en images

Résultats et Valorisation

Au sein des stations de sports d’hiver, les snowparks constituent des terrains de jeux singuliers, singularité allant bien au-delà de leurs aspects technico-sportifs. La plupart des snowparks constituent en effet des lieux de vie à part entière, marqués par une organisation sociale et culturelle qui se situe en marge des normes traditionnelles des stations. Plus ludiques, plus « excitants », ils sont régis par des codes alternatifs dont l’actualisation s’opère néanmoins dans la négociation avec les décideurs des stations. Les snowparks constituent à ce titre une illustration de l’impact des évolutions culturelles sur la structuration et la gouvernance des territoires touristiques en montagne.

En snowpark, le rapport au risque des pratiquants relève d’une construction psychologique et sociale qui à la fois le détermine et le justifie. Il repose sur un ensemble de connaissances, pouvant être qualifié de « savoir-faire », qui représente la « réalité » sur laquelle les pratiquants se basent pour agir et prendre position.

Au regard des résultats, les principaux éléments importants à prendre en considération en matière de prévention sont :

  • l’adaptation des messages aux dimensions sociales et culturelles de la pratique du freestyle ;
  • la différenciation des messages préventifs en fonction des « catégories » de pratiquants.

Ce projet doit conduire à mieux comprendre les motifs d'engagement des pratiquants fréquentant les snowparks et à mieux appréhender leur repésentation du risque, et ainsi certains mécanismes de dénégation de ce risque. Autant d'informations qui peuvent conduire les participants à apporter des avis et à formuler des critiques et des propositions sur la façon de les informer dans la perspective de plans de prévention futurs.

Résumé du projet

Ce projet concerne la pratique du ski ou du snowboard freestyle en snowparks (pistes comprenant des tremplins, rampes, tables et bosses ayant pour finalité de permettre la réalisation de sauts et figures acrobatiques). Cette pratique et ses aménagements spécifiques sont spécialement appréciés et fréquentés par un public jeune et majoritairement masculin. Les possibilités acrobatiques permises par ces installations et recherchées au travers de cette pratique sont également à l'origine d'une accidentologie spécifique et surtout conséquenté.
Le projet de recherche présenté vise à préciser la caractérisation des profils des usagers de ces snowparks, en termes sociodémographiques et sportifs, en termes d'usages et d'appropriation territoriale de ces espaces, en termes de représentations des dangers spécifiques, et en termes de motifs d'engagement dans ces espaces intrinsèquement accidentogènes. L'objectif ultime consiste à dégager de ce travail des recommandations préventives utiles aux professionnels de la montagne dans leurs prises de décision et leurs pratiques.

Sur le terrain sensible de la sécurité, le soutien de la Fondation permet à notre équipe de conduire une recherche ambitieuse, à partir de différents regards portés sur des équipements et des usages sportifs encore assez méconnus

- Véronique REYNIER, responsable du projet

 

Méthodes et Etapes

La methodologie de ce projet de recherche repose sur trois actions : une observation des pratiques et des entretiens réalisés sur 3 sites différenciés, suivie d'une enquête qualitative par entretiens semi-directifs sur un échantillon de 40 participants, et suivie enfin d'une enquête quantitative par questionnaire sur un échantillon de 1000 participants.

  • Tâche 1 : Observation in situ
  • Tâche 2 : Enquêtes qualitative par entretiens semi-directifs
  • Tâche 3 : Enquête quantitative

En soutenant notre projet Fondation MAIF confirme l'importance qu'elle accorde à la prévention des risques notamment chez les jeunes. Prévention indispensable compte tenu des conséquences humaines, médicales, familiales et sociales que ces accidents sont susceptibles d'engendrer

- Véronique REYNIER, responsable du projet

               

                                          

Equipe de recherche

Responsable du projet : Véronique REYNIER, maître de conférences, Grenoble 1, Laboratoire Sports et Environnement Social EA3742

Partenaires associés

Bastien SOULE, Professeur, Université de Lyon 1, Centre de recherche et d'Innovation sur le Sport EA647

 

Véronique REYNIER  Bastien SOULE Johanne PABION-MOURIES

 

Début et durée de la recherche

2012 sur une durée de 18 mois 

Colloque scientifique " Les jeunes et le risque" du 02 octobre 2015 - Paris

Documents à disposition

snowparks
PDF | 2983,703 Ko

livreblancsnow2015
PDF | 7232,61 Ko

La visualisation des fichiers PDF nécessite Acrobat Reader

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance du site et à optimiser votre navigation.