30 ans de recherches scientifiques et d'utilité publique

La Fondation MAIF fête ses 30 ans d'existence au service de la prévention des risques

joyeux anniversaire Fondation MAIF 30 ans d'utilité publique

1989-2019, 30 ans de recherches et d’utilité publique pour la Fondation MAIF. Un anniversaire qui sera célébré en 2020 avec, notamment, des conférences à Paris et Niort, sur le thème des comportements individuels face aux risques de toute nature et de leurs incidences envers la communauté. Des questions essentielles à un moment où les enjeux auxquels nous sommes confrontés nécessitent une vision et une approche plus collective et de long terme, qu’individuelle et de court terme. Y compris dans la gestion des risques !

Après 30 ans d'existence, la Fondation MAIF peut légitimement s'enorgueillir d'avoir rempli les missions qui lui avaient été confiées : comprendre les risques grâce à la recherche scientifique et restituer cette connaissance vers le plus grand nombre.

Au cours de ces 30 ans, plus de 150 recherches ont été financées, dans les quatre domaines dont la Fondation MAIF s'est fait une spécialité : les risques liés à la mobilité, les risques naturels, les risques de la vie quotidienne et les risques numériques.

En 1989, la MAIF lance la première fondation reconnue d’utilité publique dans le domaine de la prévention des risques. Une fondation au service de tous les assurés qu’ils soient sociétaires MAIF ou pas, une fondation dont l’objectif final est de réduire la survenance des risques ou de leurs conséquences, pour le bien être de tous.

Le moyen pour y parvenir : la recherche scientifique. Faire confiance à la science pour analyser, décortiquer, comprendre, interpréter les risques dans toutes leurs composantes : circonstancielles, techniques, comportementales. Mettre à profit toutes les disciplines pour améliorer les protections (ex. casques motos), les systèmes (ex. siège enfants), les observations (ex. chutes des personnes âgées), les alertes (ex. séismes), les comportements (ex. adolescents et ceinture de sécurité), les consciences (ex. données personnelles).

La Fondation MAIF a créé et entretenu des relations d’estime réciproque avec de nombreux laboratoires et universités, des relations de long terme car la recherche scientifique a quelques fois besoin de temps pour élaborer des résultats concrets. Car c’est le point de départ du second volet de la mission de la Fondation MAIF : faire savoir, faire connaître, irriguer et alimenter toutes les personnes morales ou physiques pour agir concrètement en prévention des risques.

Depuis une dizaine d’années, une politique de communication a été élaborée au travers de prototypes (ex. écriture sur tablette), de vidéos (ex. Camille et l’automédication), d’applications (ex. appétence au risque), de création de sites internet (ex. label de l’économie collaborative). La connaissance scientifique issue des projets financés est réunie sur le site Internet de la Fondation MAIF et régulièrement illustrée sur les réseaux sociaux. Cette possibilité laissée à chacun de s’informer et de prendre conscience des risques participe à la mission d’utilité publique de la Fondation : se mettre au service du plus grand nombre d’une manière désintéressée. Elle rejoint ainsi l’engagement sociétal de la mutuelle qui l’a créée.

2020, c’est aussi l’année de la publication du nouvel appel à projets de la Fondation MAIF. Depuis 30 ans nous avons financé de très nombreux projets scientifiques pour protéger les gens des risques qui les guettent ou …. qu’ils provoquent. Les comportements individuels sont une cause majeure des accidents, et ils se trouvent donc naturellement au centre de notre nouvel appel à projets.


Ce nouvel appel à projet se situe dans la continuité des précédents avec la volonté de mettre en exergue la compréhension des évolutions sociales en lien avec les comportements et les aspirations des individus. Malgré les progrès réalisés ces dernières décennies pour réduire le nombre d’accidents, ceux-ci restent encore trop élevés et il semble qu’un plancher soit atteint (ex. accidents mortels sur les routes). Nous pensons qu’il faut personnaliser la prévention pour progresser en matière de réduction des risques.

Nous cherchons à améliorer les connaissances et à créer de nouvelles solutions de prévention et sensibilisation dans le domaine du risque et plus particulièrement : 

  • la compréhension des comportements en apparence irrationnels ; 
  • la caractérisation de la montée de l’individualisme et des aspirations de court terme et de leurs effets sur la prévention des risques ; 
  • la recherche de toute autre solution pour améliorer l’efficacité des actions de prévention au service d’une prévention plus individualisée. 

En mettant à contribution, entre autres : 

  • les sciences cognitives, sociales et comportementales ; 
  • les techniques issues du Big data, de l’intelligence artificielle ; 
  • la robotique ou les agents conversationnels, incluant leurs limites. 

Pour connaitre le détail de l’appel à projets, cliquez ici !

N’hésitez pas à relayer les informations à votre entourage.

Les équipes de recherche ont jusqu’au 21 février 2020 pour déposer leurs projets. Rendez-vous en juin 2020 pour découvrir les projets retenus !


A voir aussi